imprimer

Projets de recherche de la promo 2020 : le palmarès

Retour à l'accueil - Toutes les actualités

 

Inès Mentec, Aymeric Basset et Matthieu Vilatte sont les lauréats du prix des meilleurs Projets de recherche pour la promo 2020.

Thomas Loiseleux, directeur adjoint de la formation et de la recherche de l’ENSTA, a ouvert la cérémonie de remise des prix en rappelant que pas moins de 235 étudiants de la promo 2020 avaient soutenu un Projet de recherche dans leurs établissements d’accueil en septembre dernier. Les 11 finalistes étaient issus d’une première sélection de 36 étudiants qui avaient reçu les commentaires les plus élogieux de la part de leurs encadrants.

Patrick Massin, directeur de la formation et de la recherche, a ensuite pris la parole afin de rappeler tout l’intérêt du Projet de recherche dans la formation du cycle ingénieur : outil essentiel à l’acquisition de compétences transverses, il constitue bien souvent l’opportunité d’une première expérience professionnelle à l’étranger, dans un contexte toujours très stimulant.

Puis débuta la séquence décisive des présentations individuelles des Projets de recherche, pendant lesquelles tout allait se jouer. 180 secondes, trois petites minutes, et une slide, c’est tout ce dont disposaient chacun des 11 finalistes pour convaincre un jury de 20 représentants de l’École (enseignants-chercheurs, personnels des services supports et étudiants) de la pertinence de leur projet.

Pendant les délibérations du jury, Pierre Larroque, de la Société des Amis de l’École, laquelle fournit la dotation de ce prix, a rappelé l’historique de l’engagement de son association au soutien des activités de recherche et de formation de l’ENSTA Paris.

Le jury a attribué la première place à Inès Mentec pour son projet de recherche "La symétrie du langage: un jeu d’enfant?",  réalisé au Language learning Lab de l’Université de Pennsylvanie.

La deuxième place revient à Aymeric Basset et son projet "Docteur House est une forêt aléatoire", effectué au King’s College de Londres.

Défendant le projet  "Et les galaxies s’allumèrent ", Matthieu Vilatte, accueilli à l’Université Queen Mary de Londres, décroche la troisième place.

Le cocktail qui a suivi a été l’occasion pour chacun de féliciter chaleureusement les lauréats autour d’une collation où camaraderie et bonne humeur ont permis d’apprécier le fair-play de tous les finalistes.

Nous reviendrons en détail sur les projets de recherche de chacun des lauréats dans une prochaine série d’articles.