imprimer

Thomas Elia, premier docteur d’IP Paris

Retour à l'accueil - Toutes les actualités

Unlimited slots left.

Rattaché à l’Unité Chimie et Procédés (UCP) de l’ENSTA Paris et au CEA DAM et avec pour directeurs de thèse respectivement Laurent Catoire et Gérard Baudin, Thomas Elia a été le premier candidat à soutenir sa thèse dans le cadre de l’École doctorale d’IP Paris le 18 septembre dernier. Comme il en plaisante aujourd’hui, il est donc détenteur du record mondial du doctorat le plus court, ayant obtenu son diplôme seulement 17 jours après la création de l’école doctorale !

Après une classe préparatoire au lycée Stanislas à Paris, Thomas Elia a intégré les Arts & Métiers en 2013. En troisième année, il a entrepris en parallèle un master recherche au laboratoire DynFluid de cette même école à l’issue duquel il a effectué un stage de fin d’études au CEA sur le centre de Gramat (Lot). C’est là qu’une thèse lui a été proposée, ce qui correspondait à ses propres projets.

Sa thèse portait sur le mécanisme d’amorçage par choc de la détonation de compositions énergétiques intégrant des additifs oxydants et métalliques réactifs. Il s’agissait concrètement de caractériser de nouveaux matériaux énergétiques intégrant des particules métalliques censées augmenter leur performance. En l’absence de littérature sur le sujet, Thomas Elia avait pour objectif d’écrire un modèle physique destiné à modéliser le fonctionnement de l’amorçage de ces matériaux. La thèse comportait également un volet expérimental visant à observer la propagation de l’onde de choc au sein du matériau pour en décrire finement les caractéristiques.

Au final cette thèse a permis de comprendre le rôle des particules d’aluminium dans le mélange et de déterminer qu’elles ne jouaient pas de rôle actif dans l’amorçage, autorisant l’utilisation de modèles existants pour en simuler le fonctionnement.

Thomas Elia travaille à présent chez Thales LAS à la Ferté Saint Aubin, en tant qu’ingénieur conception pyrotechnique.